Les partenaires des libraires : les maisons traditionnelles d'édition

Grasset Fayard Mille et une nuits Le Chêne, Hazan Hachette Pratique...


Accueil  le Prix Litteraire  Salon du Livre du Net  des écrivains sur le salon du livre Contact  des écrivains sur le salon du livre Salons des villes  des écrivains sur le salon du livre Forum  des écrivains sur le salon du livre Blogs  des écrivains sur le salon du livre ebooks 


Grasset, Fayard, Mille et une nuits, Stock, Lattès, Marabout, Mazarine, Pauvert, Le Masque, Calmann-Lévy, Editions 1, Editions des deux terres, Harlequin, Hachette illustré, Hachette Jeunesse / Deux Coqs d’or, Gautier Languereau, Le Chêne, Hazan, Hachette Pratique, EPA, Hachette Tourisme (Routard, Guides Bleus...), Pika, Albert-René. Et les autres. Ces maisons constituent Hachette Livre... groupe français d’édition, du groupe Lagardère.
Un chiffre d’affaires annuel supérieur à 2 milliards d’euros.
2 273 millions d’euros en 2009.
2 165 en 2010
2 038 en 2011

Un chiffre d'affaires en baisse lente et régulière ? Surtout un effet de la variation des ventes de Stephenie Meyer qui avait boosté le chiffre d'affaire en 2009 ! Donc éviter les conclusions hâtives : tout va bien pour Hachette !

Le livre numérique : 20 % du chiffre d'affaires aux États-Unis et 10 % au Royaume-Uni.
"Un très bon niveau de profitabilité, proche de 11 %."

Premier éditeur à avoir vendu plus de cinq millions d'e-books d'un même auteur, barre franchie pour James Patterson en décembre 2011.

Commentaire très intéressant de l'activité 2011 par Arnaud Nourry, Président-Directeur Général de Hachette Livre :
« Un des défis principaux de l'année consistait à sauvegarder les marges dégagées par les activités numériques pour que la rentabilité globale de Hachette Livre ne souffre pas de la contraction du chiffre d'affaires induit par les prix de vente des e-books (inférieurs de 30 % en moyenne à celui de leurs équivalents imprimés), alors que ceux-ci mordaient largement sur le marché des livres traditionnels.
Le "découplage" entre le chiffre d'affaires et les marges en numérique a été effectué avec succès. »

Avec un prix inférieur de 30% pour l'ebook par rapport à la version en papier, Hachette conserve des marges appréciées des actionnaires. Les auteurs apprécient ?

Derniers mouvements capitalistiques :
16 mars 2011 : Hachette Livre devient actionnaire à 100 % des Éditions Albert René (Astérix).

7 juillet 2011 : Acquisition d'une minorité de blocage dans Azbooka-Atticus, quatrième éditeur russe.

Nombre de nouveautés et de nouvelles éditions publiées :
2008 : 6 494
2009 : 6 294
2010 : 6 932 ; la machine tourne à plein régime ! Presque 20 par jour. Quel libraire peut les accueillir toutes ?

Au premier trimestre 2012 :

- Lagardère Publishing : chiffre d’affaires de 394 M€ (+ 0,9 % en données brutes, - 0,3 % à données comparables). Stabilité de l’activité au global : le recul de l’activité en France (- 3,5 %) et en Espagne (- 11,6 %) est compensé par les bonnes performances des ventes aux États-Unis (+ 2,8 %) et dans l’Illustré (+ 4,8 %). Le livre numérique poursuit sa forte progression pour atteindre 9 % des ventes de Lagardère Publishing à fin mars 2012.

Pour l'exercice 2011, le livre numérique représentait 6 % du chiffre d'affaires total de Lagardère Publishing.

Derrière Hachette Livre : Editis (une partie de ce cher ex Vivendi Universal Publishing, partagé entre le groupe Lagardère et Wendel Investissement, d’un certain Ernest-Antoine Seillière, après la chute de monsieur Jean-Marie Messier), racheté en 2008 par le groupe espagnol Planeta.

Editis : Place des éditeurs, Presses de la cité, Solar, Belfond, Hors collection, Omnibus, Le Pré aux Clercs, Acropole, Hemma, Lipokili, Langue au chat, Pocket, Pocket Jeunesse, 10/18, Fleuve noir, Kurokawa, Langues pour tous, Le Cherche midi, First-Gründ, First Interactive, Le Dragon d’or, XO/Oh! Editions, Nathan, Le Robert...
Chiffre d’affaires 2009 : 751 millions d’euros.
2010 : 753 millions. 2011 : 706 millions

France Loisirs, principal club de livres en France, jusqu’en mai 2011 filiale de l’allemand Bertelsmann, racheté par la société d’investissement américaine Najafi : 370 millions d’euros en 2009. 2010 : 365 millions.

Media Participations, leader dans la bande dessinée (Dargaud, Dupuis ou Kana) : 319 millions.
2010 : 327 millions.

Groupe Lefebvre Sarrut, Editions Législatives Francis Lefebvre, Dalloz, Juris Associations : 314 millions en 2009.

Flammarion n’était qu’à 263 (Flammarion, Arthaud, Autrement, Père Castor, Casterman, Fluide glacial...) en 2009.
2011 : 220 millions (la part distribution ajoute un chiffre d'affaire de 58 millions). Baisse sûrement imputable à une faiblesse dans les ventes des œuvres de Pierre Dukan.

La Martinière 260 en 2009. 2010 : 284.

Gallimard 243 en 2009. 2011 : 253 millions d'euros.

Malgré de belles marques : Gallimard bien sûr mais également Folio, La Pléiade, Denoël, Mercure de France, La Table ronde, P.O.L (87%), Joëlle Losfeld...
Gallimard représentait simplement un peu plus d’un dixième du secteur livres de Lagardère...
Mais 243 + 263 : 506. 220 + 253 : 473. La barre des 500 millions d’euros est franchie ou presque (suivant les années) avec le rachat mi 2012 de Flammarion à l'italien RCS Mediagroup. Gallimard devient numéro 3 en France. Certes, il ne représente encore qu'un quart de Hachette et surtout ses positions dans le monde anglo-saxon restent marginales.
Et s'il doit apprécier de récupérer le goncouré Michel Houellebecq, le nutritionniste Pierre Dukan pourra sûrement, certaines années, se présenter comme la meilleure vente du groupe Gallimard.

De la même manière que dans la musique, les majors avaient méthodiquement absorbé les labels indépendants pour parvenir à un paysage monolithique avec quatre grandes écuries aux productions proches, le monde de l’édition a connu sa concentration et ses batailles capitalistiques. Le paysage d’avant tsunami numérique n’a pas grand-chose à voir avec l’exception culturelle tant glorifiée.
La concentration des maisons d’édition, à la recherche d’une rentabilité toujours plus forte, ne représente pas un danger pour la diversité des catalogues ?

Thomas de Terneuve
Le livre en papier : 25 000 points de vente inaccessibles aux auteurs indépendants. Un système à soutenir ?
Infos.

le roman goncourt 2013


Le prix Goncourt 2013 ?


- librairie 25 000 points de ventes inaccessibles aux auteurs indépendants .




Votre commentaire utile



Voir Sur le forum une information récente.
Vous souhaitez vous exprimer sur un autre sujet ? envoyez votre texte (inédit).

Les livres conseillés du salon du livre
laureat2005


toutes les photos du site.

Créer un salon du livre dans sa commune :
Lauréat 2016, du prix littéraire
Vous abonner à la chaîne gratuite SALON du LIVRE :