Philippe Mellet au salon du livre 2017 de Montcuq 13 août 2017

bas : infos salon du livre à Reichshoffen


Abonnement gratuit
chaîne vidéo youtube
SALON du LIVRE
 

- Trente mots...
Longtemps journaliste en presse régionale dans les Ardennes, je me suis installé comme auteur indépendant dans le Lot. Mais je n’ai pas changé. Enfin si. J’ai gagné en sérénité. C’est beaucoup.

- Votre catalogue est composé de combien de livres, dans quels genres ?
A ce jour j’ai publié trois livres dans des registres très différents. Un recueil de textes poétiques illustrés par un ami photographe, un album biographique consacré aux souvenirs de la guerre 14-18 de ma grand-mère ardennaise et enfin un recueil de chroniques parues en presse quotidienne.

- Depuis quand écrivez vous ?
Depuis toujours ou presque. Je reprends volontiers la formule de Jean Genet. Écrire, c’est ce qui vous reste quand on est exclu du domaine de la parole donnée.

- Depuis quand publiez vous ?
Mon premier ouvrage a été publié en 2003.

- Quel livre présenterez-vous en priorité ?
« Le meilleur de mon blog-notes », imprimé en décembre 2015. Un recueil de chroniques où il est question de la grande sagesse de mes chats Chaussette puis Abysse, de la beauté saisissante des rosiers Ingrid Bergman, de la poésie de certains gestes sportifs, du charme interlope des romans de Modiano, de la saveur réconfortante des quiches lorraines, de l’explosivité revigorante des vers de Benjamin Péret, de l’énergie indomptable et cependant apaisante de Jerry Lee Lewis, de mes vacances dans le Lot ou sur la Côte d’Azur, des points d’interrogation et des moments d’angoisse qui sont miens quand j’observe parfois mes contemporains...

- Éditeur traditionnel ou votre propre éditeur ?
« Le meilleur de mon blog-notes » a été auto-édité. Par commodité. Je n’imaginais pas ce livre pouvoir rencontrer un immense public. Pour le reste, chacun imagine les contraintes que cela implique.

- Lisez-vous un peu beaucoup passionnément... ?…
Je lis peut-être un peu moins qu’avant. Mais je suis très sélectif. Les premières pages sont capitales. S’il n’y a pas un minimum de style, une vraie richesse de langue, j’arrête. Pour certains livres comme les recueils de poèmes, voire les biographies, les essais, c’est différent des romans. On peut feuilleter, picorer, faire des allers-retours...

- Un auteur "de référence" ?
André Breton, Benjamin Péret et dans un genre et un univers différent, Patrick Modiano.

- Que signifie pour vous "être écrivain" ?
Je vais répondre par un souvenir étrange. Au collège, mon professeur de français lit un texte. L’auteur y énumère des mots qu’il considère jolis. D’autres moins. Je lève la main. Je dis que je ne suis pas d’accord. Mon professeur m’observe et sourit. « Tu as raison. Tout cela est personnel. Un mot évoque certaines choses. Chacun peut se l’approprier comme il l’entend. » Je ne sais pas si je suis écrivain. J’ouvre des portes. Et parfois, la pièce me plaît. Je m’installe...

- Observateur du monde, de notre époque ?
Journaliste, je rends compte de ce que je vois. L’écrivain peut également observer, certes, mais il peut aussi s’échapper. Prendre des chemins de traverse. Il doit aussi, s’il prétend à la poésie, s’échapper de bien des carcans et viser à apporter sa contribution à un monde nouveau, comme l’ont tenté les surréalistes.

- Combien de salons du livre ?
Il m’est arrivé de participer à des salons, mais l’essentiel est de rencontrer des lecteurs potentiels où qu’ils soient.

- Est-ce votre principal lieu de vente ?
Pour ce livre, j’ai été aidé par des libraires qui ont accepté de le prendre en dépôt et d’organiser des séances de rencontres et dédicaces, notamment et surtout dans les Ardennes.

- Que recherchez-vous dans un salon du livre ?
Des rencontres avec d’autres auteurs et bien sûr avec des hommes et des femmes de tous horizons que ce livre peut intéresser.

- État d’esprit actuel ? Serein, mais attentif...

- Notre nom ? (vue poétique autorisée !)
Les petits rapporteurs ?

- Nostradamus du 13 août 2017…
Il faut maintenir le salon évidemment, et pour le reste, on écoutera France Info. Au cas où !

- "La question oubliée"...
Quel est votre livre de chevet ?
Je n’ai pas de chevet. Mais j’ai toujours « L’anthologie de l’humour noir » de Breton à portée de main...



livre montcuq 2017



Extrait de



« Montcuq en Quercy Blanc 13 août 2017 - Le salon du livre 2eme. »

10 euros en papier (118 pages). GRATUIT en Numérique.


Montcuq le salon du livre : Le livre (gratuit en numérique) et les infos...




Votre commentaire utile



Voir Sur le forum une information récente.

Reichshoffen

infos salon du livre à Reichshoffen



informations sur le infos salon du livre à Saint Avold Vous n'avez jamais lu les comptes-rendus de la sacem ?
infos salon du livre à Reichshoffen

informations sur le infos salon du livre à Saint Brieuc Changer le monde avec des roses : ne pas subir toute une vie, brouillard, verglas, cheminées d'usines et ciel gris, prendre une retraite dans le sud. A quoi d'autre peuvent rêver les gens du nord ? Les g
infos salon du livre à Reichshoffen
inscription

Quand vous passerez à Reichshoffen déclarez : dites mot qui ne soit applaudi. diverses nations de l'Asie, de l'Amérique. L'humeur, l'esprit, le génie d'une nation. Toutes .dompter. Le tigre est d'un naturel farouche et cruel, le cerf d'un naturel doux et timide. .
- Autres pages revues récemment.